2.3 - PERTINENCE  
 
Comment savoir si ton problème de recherche est pertinent ?



 
 Définition de la pertinence
 Qu'est-ce qu'un argument, une explication ?
 Élément d'une explication : fait et théorie
 Exemple d'un problème pertinent
 Raisonnement de type Si/Alors/Donc
 Exemple d'un problème non-pertinent ou faux problème
 La pertinence dans ta problématique. Où ?
 lienaveclesite
 

 

Définition de la pertinence

  • Comment savoir si le problème qui nous intéresse est pertinent ?
  • Un problème de recherche est pertinent si le chercheur qui l'a formulé a de bonnes raisons de croire que la variable X qu'il a choisi d'étudier est bel est bien la cause de la variable Y qu'il cherche à évaluer/mesurer.
  • Autrement dit, selon lui :


       

 

  • Ici X est la cause possible, Y est l'effet et ---------» la relation postulée entre ces deux variables.
  • ------- » signifie que le chercheur a des raisons de croire à l'existence de cette relation entre X et Y.
  • Attention : Ici «raisons de croire» ne signifie pas vérité ou certitude.
  • Si le chercheur avait cette certitude (que X est la cause de Y), ce ne serait plus un problème, mais une connaissance scientifique; rappelons qu'un problème, c'est ce qu'on ne sait pas, ce que l'on ignore.
  • «Raisons de croire» signifie plutôt que le chercheur s'appuie sur «ce que l'on sait déjà» pour étudier «ce que l'on veut savoir».
  • Il ne sait pas avec certitude si X est la cause de Y, mais il a de bonnes raisons de croire que c'est bel et bien le cas.
  • En science, ces «bonnes raisons de croire» se nomment arguments et leur rôle est d'expliquer la relation possible entre X et Y.

 

       


  • Si ces arguments existent, et que le chercheur est en mesure de les exposer clairement dans sa problématique (= formulation du problème), on dira alors que son problème vaut la peine d'être étudié à fond, donc qu'il est pertinent.
  • Deux types d'argument rendent un problème pertinent :

      1. Le raisonnement du chercheur repose sur une théorie que la communauté scientifique considère comme vraie ou partiellement vraie (= ce que l'on sait).
      2. Le raisonnement du chercheur s'appuie sur des faits obtenus grâce à une ou plusieurs recherches scientifiques (= ce que l'on sait).


         
      Exemple  
       

      Une chercheure étudie les comportements de mutilation chez les enfants. Elle sait que le conditionnement opérant postule que si l'on punit un comportement, la fréquence de ce comportement diminuera. Elle sait également que des recherches effectuées avec des rats ont montré que des décharges électriques de faible intensité avait pour effet de diminuer la fréquence de certains comportements. En conséquence, il semble pertinent de se demander si un jet d'eau froide vaporisée sur la tempe des enfants (=punition) pourrait diminuer la fréquence de leurs comportements. Est-ce efficace ?



     

  • En clair :

  •    
       
       


  • Dans cet exemple, le problème est pertinent car le chercheur a deux bonnes raisons de croire que l'eau froide vaporisée sur la tempe (=X) aura pour effet de diminuer la fréquence des comportements de mutilation (=Y) chez les enfants (=Z).
  • Autrement dit, il s'appuie sur «ce que l'on sait» de l'apprentissage chez l'humain et le rat pour expliquer «ce qu'il veut savoir»
  • Ses arguments sont :

    • La théorie du conditionnement opérant suggère que l'eau froide est une punition positive.
    • Des recherches ont montré que cet effet punitif existait chez une autre espèce, le rat = fait.


  • En logique, on dira que ce raisonnment est de forme Si/Alors/Donc.
Si [Argument 1] La théorie du conditionnement opérant = vraie = Ce que l'on sait
[Argument 2] L'effet punitif des décharges existe chez le rat = vrai
 
Alors Hypothèse L'eau froide vaporisée (X) sur la tempe des enfants (Z) diminue la fréquence de leurs comportements d'automutilation (Y) = vraie ? = Ce que l'on veut savoir
 
Donc Recherche empirique Étape 2 : Collecte de données/faits Vérification de l'hypothèse : vraie ou fausse

 

  • Si les [arguments] sont vrais, alors l'hypothèse devrait l'être également; donc pour vérifier cela, il faut soumettre l'hypothèse aux faits, à un test (= recherche empitrique).
  • Bref, un problème pertinent doit s'appuyer sur au moins un argument et satisfaire au moins l'une de ces deux conditions (théories ou faits); ou les deux, dans le meilleur des cas.
  • Ce raisonnement peut-être vrai ou faux, confirmé ou infirmé par les faits; au moment où il le formule, le chercheur l'ignore, puisqu'il n'a pas encore réalisé sa recherche empirique, mais il a néanmoins l'obligation de démontrer la pertinence d'étudier ce problème et de faire cette recherche pour vérifier son raisonnement.
  • Sinon, on dira que son problème est non-pertinent ou qu'il s'agit d'un faux problème.

       
    Exemple  
     


    Un chercheur étudie la mémoire chez les élèves du primaire. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur le sujet, il se demande si la couleur des yeux augmente la rétention. Les enfants qui ont les yeux bleus retiennent-ils plus de matière présentée en classe que les enfants qui ont les yeux bruns ?


  • En clair :


       
       
       



    Si [Argument 1] ? = Ce que l'on sait
     
    Alors Hypothèse La couleur des yeux (X) augmente la rétention (Y) chez les élèves du primaire (Z) - vraie ? = Ce que l'on veut savoir
     
    Donc Recherche empirique Étape 2 : Collecte de données/faits Vérification de l'hypothèse : vraie ou fausse


  • Ce problème n'est pas pertinent car il n'y a aucun argument qui permet d'expliquer comment la couleur des yeux (=X) influence la rétention ou la mémoire (=Y): aucune théorie ne permet de formuler un tel raisonnement, aucun mécanisme ne suggère l'existence de cette relation, et aucun fait ne semble appuyer une telle idée.
  • Bref, le chercheur n'a aucune «bonne raison» de croire que X est la cause de Y.
  • Ce problème ne mérite donc pas que l'on s'y attarde, que l'on tente de le résoudre : il est donc, aux yeux de la science, non pertinent.
  • On utilise également l'expression «faux problème» pour désigner les problènme non-pertinent.

 


X
: est la variable indépendante; généralement il s'agit du problème de recherche.

Y : est la variable dépendante; généralement il s'agit de la variable évaluée/mesurée par le chercheur.

-------» : Ensemble des arguments, au moins un, qui explique la relation entre X et Y. Synonyme = explication.

Z : Population étudiée; sujets chez qui on cherche à montrer la relation entre X et Y. Le double-point = Chez.

Un argument : est un élément du raisonnement explicatif du chercheur qui permet de montrer en quoi X est bel et bien la cause de Y. Les faits et les théories sont ces élémets.

Une explication : est un ensemble non-vide d'arguments qui permet de comprendre la relation entre X et Y chez Z. Synonyme = argument(s).

Un raisonnement Si/Alors/Donc : est un raisonnement explicatif, composé d'arguments, qui permet d'expliquer la relation entre X et Y chez Z.

Problème de recherche : Ce qu'on ne sait pas mais qui mérite d'être su.

La pertinence est la qualité d'un problème scientifique qui repose sur des arguments, un raisonnement cohérent, bref de «bonnes raisons».

«Bonnes raisons» : Ce que l'on sait - théorie ou fait - qui permet d'expliquer, du point de vue du chercheur, ce qu'on ne sait pas, donc ce que l'on veut savoir.

 

 
 



La pertinence dans ta problématique

  • En ce qui concerne ta problématique, la pertinence du problème doit être exposée clairement dans le texte.
  • Où ?

      1. D'abord dans le paragraphe qui précède la formulation de ton problème, le paragraphe de transition, de manière à établir un enchaînement cohérent entre «ce que l'on sait» et « ce que l'on veut savoir».
      2. Puis, tu dois étoffer cette démonstration dans le premier paragraphe de la formulation du problème.


        Titre + Page de présentation  
        Introduction  
        État de la question : ce que l'on sait  
      Paragraphe de Transition --» 1. Montrer la pertinence : le fameux parapraphe
      Trouver une faille ou une lacune
      2. Étoffer cette pertinence

      Poser une question
       
      Justifier votre recherche  
        Formuler une question ou un objectif  
           


  • Le dernier paragraphe de l'état de la question prépare le terrain à la formulation de ton problème.
  • Il s'agit ici de présenter le raisonnement qui t'amène logiquement à formuler ce problème.
  • Ce paragraphe permet d'établir un pont logique entre «ce que l'on sait» et «ce que l'on veut savoir».
  • Cette transition permet de respecter le principe de l'entonnoir d'une problématique.



  • Ce raisonnement s'appuie sur une théorie ou des faits (ou les deux dans le meilleur des cas).
  • Ensuite, dans le premier paragraphe de la formulation du problème, on rappelle au lecteur ces faits et théorie avant de poser la question de recherche.
  • On peut parfois étoffer ce raisonnement en ajoutant des faits ou en précisant certains aspects de la théorie sur laquelle s'appuie notre raisonnement.
  • Attention : il ne faut pas confondre pertinence du problème et justification de la recherche.
  • + de détails sur les variables XYZ ?
  • Dans le texte de ta problématique, la pertinence est identifiée par ce signe :




Retour à la formulation du problème Consignes suivantes
Fameux paragraphe XYZ Consignes précédentes
Pl@nète Psy/DISH/Claude Gouletlienaveclesite