Consignes : Étape 1/Cours 2  
CONSTRUCTION ET RÉDACTION DE VOTRE PROBLÉMATIQUE 1
La toute première étape de votre recherche empirique consiste à construire et à rédiger une problématique. Lire attentivement le menu en bleu ci-dessous

 Voici les 12 sous-étapes de la première étape de votre recherche
1  Comment former votre équipe de recherche
2  Comment choisir un thème de recherche pour votre équipe
3  Comment recenser et lire les écrits sur votre thème
4ab   a) faire des fiches de lecture; b) répondre aux 10 questions
5  Comment rédiger votre problématique à partir des fiches de lecture
   Qu'est-ce qu'une problématique?
   Principes à respecter lors de la rédaction d'une problématique
   Le contenu du rapport 1 : la problématique
    a  Page de présentation et titre
    b  Le texte et la structure logique d'une problématique
    c  Les références de vos sources
   Votre problématique en une page
   5 exemples de problématique l Meilleur Exemple
6  Détails de la formulation du problème :  La faille  
7  La pertinence
8  La question
9  La justification
10  L'hypothèse ou l'objectif
11  Comment préparer l'oral I de l'étape 1
12  Quand et comment remettre votre rapport I
 Étape suivante
 Où suis-je?
 



 
 
1.1-1.4 PROBLÉMATIQUE : CE QU'IL FAUT FAIRE AVANT DE RÉDIGER
  • La recherche scientifique se fait généralement en équipe.
  • La construction d'une problématique - première étape de votre recherche - débute donc par la formation de votre équipe.
  • Une fois votre équipe formée, vous devez choisir un thème de recherche.
  • Vous avez choisi ce thème ? Il faut maintenant recenser les écrits qui concernent votre thème.
  • Commencez cette recension en lisant l'un des cinq textes disponibles à la bibliothèque.
  • À ce stade-ci de la recherche, il est encore possible de changer de thème si votre premier choix ne vous inspire pas.
  • Si le sujet vous intéresse, photocopiez le texte de votre choix en deux exemplaires; il s'agit de la première source de votre problématique.
  • Rédigez ensuite des fiches de lecture pour cette première source en répondant aux 10 questions.
  • En parallèle, lire le chapitre 4 de votre livre avant le cours 5.
  • S'il vous reste du temps, trouvez un seconde source pour rédiger votre problématique.
  • En classe, au cours 6, commencez la rédaction de votre problématique (= rapport 1).

 
 
1.5 RÉDACTION : QU'EST-CE QU'UNE PROBLÉMATIQUE ?
  • La rédaction de la problématique est la première étape de votre recherche, qui en compte quatre :

      1. Problématique
      2. Méthode
      3. Analyse des données
      4. Interprétation des résultats

  • Il s'agit d'un court texte qui présente au lecteur votre problème de recherche.
  • Un problème de recherche est une question pour laquelle il n'existe actuellement aucune réponse valable ou pleinement satisfaisante.
  • Le but de votre recherche consiste donc à trouver une réponse à cette question, une solution à ce problème.
  • Pour résoudre ce problème, vous devez utiliser la méthode scientifique, méthode que nous verrons en détail à l'étape 2.
  • Mais avant d'aller plus loin, il faut clairement poser votre problème.
  • Attention : Vous devez commencer à rédiger votre problématique même si vous n'avez pas encore trouvé votre problème de recherche ou votre seconde source.
  • «Ce que l'on sait» sur le thème et les fiches de lecture de la première source permettent de débuter la rédaction de votre texte.
  • Lire la suite...



 
 
PRINCIPES À RESPECTER LORS DE LA RÉDACTION D'UNE PROBLÉMATIQUE
  • Lorsqu'on rédige une problématique, il faut respecter un certain nombre de principes.
  • D'abord il ne faut jamais perdre de vue que le lecteur ignore tout de notre thème/sujet.
  • Il ne peut donc pas deviner nos intentions, ni le sens que nous accordons aux différents concepts de notre problème.
  • Soyez donc explicite et clair; définissez vos concepts, donnez des exemples, précisez votre pensée en bas de page s'il le faut.
  • Il faut s'en tenir aux faits et théories rapportés par vos sources scientifiques et exclure toute considération d'ordre personnel.
  • On ne doit faire mention ni de ses sentiments ni de ses opinions (Ex: «Je trouve ça bon» ou «Personnellement, je pense que c'est très clair», etc).
  • Il faut utiliser vos fiches de lecture pour rédiger votre texte; votre problématique doit en être le reflet fidèle.
  • Comme nous l'avons vu en classe, vous devez citer vos sources tout au long du texte; le principe est simple : une idée = une source.
  • Vous devez également fournir la références de vos sources à la fin du texte.
  • Votre problématique n'est pas un collage de citations. Il faut donc éviter les citations textuelles, sauf pour les définitions.
  • Vous devez donc paraphraser vos sources (c-à-d reformuler les idées d'un auteur sans en trahir le sens).
  • Il est également indispensable d'avoir sous la main un dictionnaire, une grammaire et un guide de conjugaison, papier ou version internet.
  • Finalement, vous devez rédiger votre texte dans un style scientifique, et non littéraire ou journalistique.
  • Lire la suite...



 
 
RÉDACTION DE LA PROBLÉMATIQUE : CONTENU DE VOTRE RAPPORT I

dDate de remise du rapport I : 12e cours

  • Le contenu de votre premier rapport de recherche se divise en trois parties, dans l'ordre :
a  La page-titre de votre rapport
b  La problématique ou le texte qui présente votre problème
c  Les références des sources sur lesquelles s'appuie votre problématique
 





 
 
a TITRE + PAGE DE PRÉSENTATION
  • Placez le titre de votre problématique sur la page de présentation de votre rapport.
  • Ce titre contient la ou les variable(s) à l'étude (X et Y) ainsi que la nature de la relation qui unit ces deux variables (effet, incidence ou influence de X sur Y).
  • Généralement, la variable Y correspond à votre thème, au sujet étudié; alors que la variable X renvoie à l'une des causes possibles de Y, donc au problème.
  • Le titre doit être à la fois bref et précis; évitez les titres chocs ou accrocheurs, les questions, les affirmations choquantes, etc.
  • Attention : il ne s'agit pas du titre définitif de votre recherche puisque la population étudiée (Z) sera choisie à l'étape suivante, la méthode. Lire p. 267-268.
  • Voici un exemple de titre :

   
Exemple  d'un bon titre  
 


L'influence de l'âge sur le comportement d'aide des étudiant-e-s.





 
 
b VOTRE PROBLÉMATIQUE : LA STRUCTURE LOGIQUE
  • La problématique est un court texte qui présente votre problème de recherche.
  • La première version de ce texte est rédigée à partir d'au moins deux sources; quatre pour la version finale.
  • Cette première version fait 3 à 4 pages; la version finale, 5 à 6 pages (+ la page-titre).
  • La recension des écrits - ou lecture des sources - et la rédaction des fiches de lecture vous permettront de rédiger cette problématique.
  • Ce texte est rédigé dans un style scientifique conformément aux normes de rédaction de la psychologie scientifique (bien lire p. 279-283 + 295-298 dans Lamoureux).
  • Attention : dans votre texte, pas de titre pour annoncer la Problématique et ses parties.
  • Votre problématique doit cependant être rédigée selon le modèle ou le principe de l'entonnoir. Voir p.99 et 269.
  • Suivant ce principe, la structure logique de votre problématique se divise en trois parties :

    1  L'introduction
    2  Le développement
    3  La conclusion
     

  Titre + Page de présentation  
Introduction

Développement

Conclusion



1. L'introduction ou la mise en situation

  • Quel est le problème de votre recherche ?
  • La réponse à cette question se trouve :

    1. dans l'introduction ou la mise en situation de votre problématique ( = problème général);
    2. et de façon plus précise à la toute fin de votre texte, dans la formulation de votre problème (= problème particulier).

  • L'introduction est la première partie de votre problématique.
  • Dans cette partie, l'auteur fait part au lecteur de son intérêt pour le thème de recherche en le situant dans le contexte actuel de la recherche.
  • Il doit également montrer en quoi son problème est digne d'intérêt.
  • Il s'agit donc d'amener et de poser brièvement le sujet (thème + problème général); inutile d'entrer dans les détails, qui eux seront exposés plus loin dans le texte ( = formulation du problème).

Introduction : sujet amené + posé (divisé = facultatif)  

Développement

Conclusion

  • Dans l'introduction, vous n'avez pas à formuler le problème de façon précise; l'annoncer, sans autres détails, suffit.
  • Attention : vous pouvez diviser le sujet, mais ce n'est pas nécessaire, car la structure logique d'un article scientifique et empirique est toujours la même.
  • Pour l'auteure de votre livre - Lamoureux - cette opération - le sujet divisé - correspond au plan d'une problématique, une partie qui serait nécessaire si votre texte comportait plus d'une dizaine de pages, mais ce n'est pas le cas ici.
  • Dans l'ordre, on rédige habituellement l'introduction une fois que le problème est clairement posé, donc après le développement et la conclusion, bref à toute fin de la rédaction.
  • Attention : pas de sous-titre pour annoncer l'Introduction.
  • Longueur : 1 ou 2 paragraphes ou 1/3 de page à interligne et demie (1 1/2), police 10 ou 12.
  • Voir un exemple d'introduction.
  • Lire la suite...




2. Le développement, à son tour, se divise en deux parties :

2.1 - L'état de la question ou « Ce que l'on sait » du thème de votre choix

  • Il s'agit ici de présenter ce que l'on sait en commençant par :

      • Dans les premiers paragraphes de l'état de la question, définir/décrire le phénomène à l'étude (définitions du concept, variantes ou types du phénomène + un bref exemple, au besoin).

      • Expliquer ensuite ce phénomène en présentant ses causes (= concepts, théories, modèles, causes, facteurs, explications).

      • Vous devez également appuyer ces théories sur des faits ou des résultats qui proviennent de recherches scientifiques; si possible, fournir des résultats (moyenne, écart, %) et préciser la méthode utilisée pour recueillir les résultats (observation, questionnaire, entrevue, recherche en laboratoire, etc.).

  • Présenter une première théorie (expliquer) ainsi que les faits qui la confirment (appuyer); puis une seconde théorie + faits, et ainsi de suite, en alternance, de paragraphe en paragraphe.
  • Toutes les informations pour définir, expliquer et appuyer se trouvent dans vos fiches de lecture.
  • Dans l'un de ces paragraphes, vous devez présenter au moins une recherche en détail (méthode, outil de collecte de données, variable(s) à l'étude, population à l'étude, etc.).
  • Le dernier paragraphe de l'état de la question se nomme le paragraphe de transition ou «fameux paragraphe».
  • Comme son nom l'indique, ce paragraphe a pour fonction d'opérer une transition cohérente et fluide entre les deux parties distinctes du développement de votre problématique : l'état de la question et la formulation du problème; autrement dit entre «ce que l'on sait» et «ce que l'on veut savoir».
  • Ce passage est crucial car il vous permettra de formuler logiquement votre problème de recherche.
  • Bref :

  Introduction  
État de la question = définir, expliquer, appuyer  
État de la question : le paragraphe de transition
 

Formulation du problème

 
 

Conclusion

 

  • Attention : On commence habituellement la rédaction d'une problématique par l'état de la question (et non par l'introduction).
  • Vous devez commencer à rédiger votre problématique même si vous n'avez pas encore trouvé votre problème de recherche ou votre seconde source.
  • Les fiches de lecture de la première source permettent de commencer la rédaction.
  • Longueur : 2 à 3 pages (= première version); pas de sous-titre pour annoncer le développement ou ses parties.
  • Il s'agit de la partie la plus longue de votre rapport I (70 à 75 % du texte).
  • Voir un exemple de développement.
  • + de détails concernant définir, expliquer et appuyer.
  • + de détails sur ce qu'est une théorie.
  • + de détails sur le fameux paragraphe de transition.
  • Lire la suite...




2.2 - La formulation du problème de recherche ou « Ce que l'on veut savoir »

  • Un problème de recherche, c'est « ce que l'on ne sait pas » et « que l'on cherche donc à savoir ».
  • La formulation de ce problème contient quatre éléments :

    1. Dans un premier paragraphe, il s'agit ici de relever une faille ou une lacune dans les connaissances actuelles; c'est «ce qu'on ne sait pas». Cette lacune doit être logiquement reliée aux connaissances de ton thème, à «Ce que l'on sait», donc aux paragraphes précédents, et plus particulièrement au paragraphe de transition.


    2. Il faut ensuite montrer au lecteur en quoi il est pertinent de résoudre ce problème. Quelle(s) raison(s) avons-nous de croire que X est bel et bien la cause de Y ? Autrement dit, quel(s) sont les argument(s) qui permettent d'affirmer qu'il y abel et bien une relation entre ces deux phénomènes (X et Y). C'est donc «ce qu'on ne sait pas mais qui mérite d'être su ou mieux connu ».


    3. À la fin du paragraphe, il faut transformer ce problème en une question de recherche, ou «ce que l'on veut savoir ».


    4. Finalement, dans un second et avant-dernier paragraphe, vous devez justifier la recherche d'une réponse, en montrant l'intérêt ou l'utilité de résoudre ce problème. À quoi servira votre recherche ? Que va-t-elle nous permettre de mieux comprendre ? Pourquoi veut-on savoir cela ?

  • Bref :

Introduction  
État de la question : ce que l'on sait  
1 : Trouver une faille ou une lacune
2 : Montrer la pertinence de combler cette lacune
3 : Poser une question
 
2e paragraphe -» 4 : Justifier la quête d'une solution  
  Conclusion  

  • Longueur : deux paragraphes :
    • Un premier paragraphe pour trouver une lacune, montrer la pertinence de combler cette lacune et formuler clairement une question de recherche;
    • Un second paragraphe, plus court, pour justifier la recherche d'une solution.
  • Attention : pas de sous-titre pour annoncer la Formulation du problème.
  • + de détails sur la formulation du problème (faille, pertinence, justification, question).
  • Lire la suite...





3. La conclusion : la formulation d'une hypothèse (ou d'un objectif)


  • Dans cette troisième et dernière partie, vous devez formuler une solution provisoire à votre problème : une hypothèse, sinon un objectif.
  • Il s'agit de la conclusion de votre problématique.
  • Cette hypothèse répond à votre question; elle doit être logiquement déduite de votre problématique, de «Ce que l'on sait» (lire p. 256-257).
  • Un peu à la manière du paragraphe de transition, il ne doit pas y avoir de rupture logique entre votre problème et la formulation de l'hypothèse.
  • L'hypothèse, c'est ce que le chercheur croit savoir.
  • Il s'agit donc d'une affirmation provisoire, en attente d'être vérifiée.
  • Cette affirmation est-elle vraie ou fausse ? Pour le savoir, il faut faire une recherche empirique.
  • La vérification de l'hypothèse (ou l'atteinte de l'objectif) constitue donc le but premier de toute recherche.
  • Bref :

  Introduction
État de la question : ce que l'on sait
Formulation du problème : ce que l'on veut savoir
5 : Conclusion (Hypothèse/Objectif)  

  • Attention : pas de sous-titre pour annoncer ce paragraphe.
  • Longueur : un paragraphe.
  • Voir un exemple de conclusion.
  • + de détails sur la différence entre une hypothèse et un objectif + exemple.
  • Lire la suite...




 
 
c LES RÉFÉRENCES DE VOS SOURCES
  • Il s'agit ici de fournir au lecteur la référence complète des sources que vous avez utilisées pour rédiger votre problématique.
  • Plus précisément, il s'agit des sources que vous avez consultées et citées dans votre texte.
  • Attention : Ne pas citer ses sources = plagiat = zéro !
  • Ces références, annoncées par le sous-titre centré Références, sont présentées :

    • à la toute fin de la problématique, à la suite du texte, et non sur une nouvelle page.
    • en ordre alphabétique.
    • suivant les règles de présentation des sources en référence.

  • Bref :

  A Titre + Page de présentation
  B Introduction
État de la question : ce que l'on sait
Formulation du problème : ce que l'on veut savoir
Conclusion (Hypothèse/Objectif)
C Références





 
 
dRÉSUMÉ : VOTRE PROBLÉMATIQUE EN UNE SEULE PAGE !

État de la question : ce que l'on sait
Formulation du problème : ce que l'on veut savoir (2 par.)
Conclusion (Hypothèse/Objectif) (1 par.)
Références




La problématique est un court texte qui présente ce que l'on sait sur un thème et qui formule un problème de recherche.

 


 
 
QUATRE EXEMPLES POUR VOUS AIDER À RÉDIGER VOTRE PROBLÉMATIQUE
  1. Exemple/Modèle I disponible sur ce site (le meilleur exemple).
  2. Exemple présenté en classe sur la discrimination.
  3. Exemple/Modèle II disponible par téléchargement
  4. Exemple III disponible dans votre cahier d'exercices (p. 21).
  5. Exemple IV disponible dans votre livre (p. 295).

 
 
1.6 à 1.10 LES DÉTAILS DE LA FORMULATION D'UN PROBLÈME





 
1.6-1.7 TROUVER UNE FAILLE ET EN DÉMONTRER LA PERTINENCE
POSER UNE QUESTION DE RECHERCHE
  • La problématique est un court texte qui présente au lecteur votre problème de recherche, « Ce que l'on veut savoir».
  • Vous devez clairement formuler ce problème à la toute fin de votre texte.
  • Cette formulation contient 5 éléments importants, dans l'ordre :

      1. Trouver une faille ou une lacune dans nos connaissances.
      2. Montrer la pertinence de combler cette lacune.
      3. Transformer ce problème en une question de recherche claire et précise.
      4. Justifier la recherche d'une réponse à cette question.
      5. Et finalement, en guise de conclusion, traduire cette question en une hypothèse (ou un objectif).

  • Rappelons que le but de la science est de résoudre des problèmes au moyen de recherches scientifiques.



  • En science, il existe deux catégories de problème : les vrais et les faux problèmes.
  • Un vrai problème de recherche doit posséder les 3 caractéristiques suivantes :


    •  c) SOLUBLE DE MANIÈRE SCIENTIFIQUE


  • Un problème de recherche est un vrai problème s'il n'existe actuellement aucune solution permettant de le résoudre de manière satisfaisante.
  • Dans la formulation de ce problème, on dira alors qu'il existe une faille ou une lacune dans nos connaissances.
  • S'il existe une solution, le problème n'est plus un problème car il fait maintenant partie de nos connaissances, de «Ce que l'on sait».
  • On dira plutôt qu'il s'agit d'un problème résolu ou d'un vieux problème.

  •    
     d'un problème déjà résolu (a)  
     

    Une psychologue s'intéresse à l'apprentissage chez le rat. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur la question, elle en vient à se demander si l'eau peut servir à renforcer les comportements de cette espèce.


    Il s'agit d'un faux problème car on sait depuis fort longtemps que l'eau est un agent de renforcement chez le rat : il existe donc une réponse satisfaisante à cette question.

    Donc : Il s'agit d'une connaissance, et non d'une lacune ou d'une faille.



  • Un vrai problème doit également être pertinent.
  • Il est pertinent s'il existe des raisons valables que l'on s'y attarde, que l'on cherche à le résoudre.
  • Par raison valable, on entend l'existence d'une théorie ou de faits qui permettent au chercheur de croire que X est bel et bien la cause de Y.
  • Ces raisons doivent être clairement exposées dans votre texte sous forme d'argument.
  • Voici un exemple :

       
     d'un problème non-pertinent (b)  
     

    Un chercheur étudie la mémoire. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur le sujet, il se demande si la couleur des yeux augmente la rétention. Les gens qui ont les yeux bleus retiennent-ils mieux ou plus d'information que les gens qui ont les yeux bruns ?


    Ce problème n'est pas pertinent car il n'y a actuellement aucune raison de croire que la couleur des yeux (X) influence la mémoire (Y). À ce jour, on a découvert aucun mécanisme (= faits) qui laisserait entrevoir l'existence d'une relation entre ces deux variables; et aucune théorie ne suggère qu'une telle relation puisse exister.

    Donc : Il s'agit donc d'un faux problème car il n'y aucune raison valable de chercher à le résoudre.


  • En ce sens, toute lacune ne mérite pas d'être comblée.
  • Finalement, un problème est de nature scientifique s'il peut être résolu grâce à la méthode scientifique; sinon on dira simplement qu'il est insoluble ou de nature métaphysique.
  • Attention : Dans sa problématique, l'auteur n'a pas à faire mention de cette dernière caractéristique; elle est implicite puisque le problème donnera lieu à une recherche scientifique.

  •    
     d'un problème insoluble (c)  
     


    Un psychologue étudie la dépression. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur la question, il en vient à se demander si la présence des anges peut favoriser la guérison des personnes dépressives.


    On ne peut offrir de réponse scientifique à cette question car : 1) aucune théorie scientifique ne postule l'existence des anges; 2) il n'existe aucun moyen de mesurer leur existence ou leur présence. Il s'agit d'un problème scientifique - la dépression - mais la solution proposée pour le résoudre est de nature religieuse, mystique ou métaphysique, donc non scientifique.

    Donc : Il s'agit donc d'un faux problème car la solution, si elle existe, n'est pas de nature scientifique.



  • Lorsque ces trois conditions sont réunies, le problème choisi peut être considéré comme scientifique; il fait partie de «Ce que l'on veut savoir».
  • Il peut alors faire l'objet d'une recherche scientifique, de votre recherche.
  • Dans votre problématique, les deux premières caractéristiques (a et b) sont présentées dans le dernier paragraphe de «Ce que l'on sait» (= paragraphe de transition) et le premier paragraphe de la formulation de votre problème.
  • La troisième caractéristique - c - est implicite; on en fait donc pas mention dans le texte.


  • Introduction Sujet amené/posé  
    État de la question Ce que l'on sait
    b. Pertinence : paragraphe de transition
    Formulation du problème a. Trouver une faille ou une lacune
    b. Montrer la pertinence de combler cette lacune
    c. Montrer le caractère scientifique du problème
     
    2e paragraphe --»  Justifier la quête d'une solution  
    Conclusion Formuler une hypothèse ou un objectif  


  • + de détails sur la pertinence d'un problème ?
  • + de détails sur le paragraphe de tansition ?
  • Sinon, passez à l'étape suivante : Transformer votre problème en question de recherche.


La faille est une lacune dans nos connaissances; c'est quelque chose que l'on ignore, qu'on ne sait pas. Ce X est-il la cause de Y ?

La pertinence, ce sont les raisons valables (faits et théories) de croire que ce X est la cause de Y.

Faille + pertinence = problème de recherche.

 

 
1.8 POSER UNE QUESTION DE RECHERCHE
  • Vous avez trouvé un problème pertinent ?
  • Vous devez maintenant traduire ce problème en une question de recherche.

UNE QUESTION DE RECHERCHE


  • Cela consiste à préciser au lecteur «ce que l'on veut savoir» au moyen d'une question claire et précise.

     
 d'une question de recherche  
 


Une psychologue étudie la mémoire et les stratégies d'apprentissage des élèves qui fréquentent le cégep. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur la question, elle en vient à se demander si faire des Netquiz améliore les résultats scolaires des élèves de ce niveau. Les Netquiz sont des jeux questionnaire conçus pour favoriser la répétition. On sait que la plupart des théories de l'apprentissage s'accordent à dire que la répétition est l'un des facteurs déterminants de l'apprentissage (Sinner, 1985). Par ailleurs, de nombreuses études ont montré que la répétition augmentait la rétention d'information chez les élèves de niveau secondaire (Kinner, 1958). Malheureusement, on ignore si les Netquiz constituent un moyen efficace d'augmenter la répétition chez les étudiant-e-s qui fréquentent le cégep. C'est donc une faille ou une lacune dans nos connaissances car personne n'est en mesure de répondre à cette question : Les Netquiz augmentent-ils la rétention des connaissances dans les cours de niveau collégial ?

 



  • Cette question doit être formulée à la fin du premier paragraphe de la formulation de votre problème.
  • Bref :

  • Introduction  
    L'état de la question : ce que l'on sait  
    1 : Trouver une faille ou une lacune
    2 : Montrer la pertinence de combler cette lacune

    3 : Poser une question
     
    2e paragraphe -» 4 : Justifier la quête d'une solution  
    Dernier paragraphe -» 5 : Formuler une hypothèse ou un objectif  

  • Attention : La différence entre une question et un problème de recherche est subtile.
  • Elle réside dans leurs formulations respectives, et non dans leurs significations qui, elles, sont logiquement équivalentes.
  • Le rôle du problème est de mettre en évidence une faille ou une lacune dans nos connaissances, « Ce que l'on ne sait pas ».
  • La question, elle, a pour but de traduire cette faille ou cette lacune en une interrogation claire et précise.
  • En résumé, la question et le problème ont la même signification, mais une forme différente.
  • Dans votre problématique, cette redondance contribue à augmenter la clarté de votre problème.
  • Voici un exemple de problème et de question de recherche :

         
     d'un problème de recherche  
     


    Malheureusement, on ignore si faire des Netquiz constitue un moyen efficace d'augmenter la répétition chez les étudiant-e-s qui fréquentent le cégep.

     

     d'une question de recherche  
     


    Les Netquiz améliorent-ils la rétention d'information dans les cours de niveau collégial ?

     


  • Voir l'exemple d'une question de recherche.
  • Ou passez à l'étape suivante : Justifier votre recherche



La question de recherche est la traduction de votre problème sous forme de question.

 


 
1.9 JUSTIFIER VOTRE RECHERCHE
  • Dans votre problématique, vous devez justifier la quête d'une solution scientifique.
  • Le lecteur doit comprendre à quoi servira votre recherche, autrement dit qu'elle est l'utilité de «savoir ce qu'on ne sait pas» ?
  • Justifier votre recherche consiste donc à expliquer au lecteur quels sont les avantages de résoudre un problème, votre problème.
  • Cette courte explication est fournie au lecteur dans l'avant-dernier paragraphe de votre problématique, tout juste avant la conclusion.

  • Introduction  
    État de la question : ce que l'on sait  
    1 : Trouver une faille ou une lacune
    2 : Montrer la pertinence de combler cette lacune

    3 : Poser une question
     
    2e paragraphe -» 4 : Justifier la quête d'une solution  
      5 : Formuler une hypothèse ou un objectif  


  • Voici un exemple :

     
 d'une justification  
 

 

Une psychologue étudie la mémoire et les stratégies d'apprentissage des élèves qui fréquentent le cégep. Après avoir lu plusieurs livres et articles de recherche sur la question, elle en vient à se demander si faire des Netquiz améliore les résultats scolaires des élèves de ce niveau. Les Netquiz sont des jeux questionnaire conçus pour favoriser la répétition. On sait que la plupart des théories de l'apprentissage s'accordent à dire que la répétition est l'un des facteurs déterminants de l'apprentissage (Sinner, 1985). Par ailleurs, de nombreuses études ont montré que la répétition augmentait la rétention d'information chez les élèves de niveau secondaire (Kinner, 1958). Malheureusement, on ignore si les Netquiz constituent un moyen efficace d'augmenter la répétition chez les étudiant-e-s qui fréquentent le cégep. C'est donc une faille ou une lacune dans nos connaissances car personne n'est en mesure de répondre à cette question : les Netquiz augmentent-t-il la rétention d'information dans les cours du niveau collégial ?

Si cette technique d'apprentissage par NETQUIZ se révélait efficace, son utilisation dans les cours de niveau collégial pourrait permettre d'améliorer la réussite scolaire des étudiant-e-s.

 






La justification est un court paragraphe dans lequel l'auteur tente de convaincre le lecteur de l'utilité ou de l'intérêt de réaliser une recherche pour résoudre un problème.

 


 
1.10 CONCLUSION : FORMULATION D'UNE HYPOTHÈSE/OBJECTIF



  • Finalement, la dernière étape de votre problématique consiste à formuler une hypothèse ou un objectif.
  • Il s'agit de la conclusion de votre rapport I.
  • Cette étape correspond au tout dernier paragraphe de votre texte :

  • Introduction  
    État de la question : ce que l'on sait  
    1.1 : Trouver une faille ou une lacune
    1.2 : Montrer la pertinence de combler cette lacune

    2 : Poser une question
     
      4 : Justifier la quête d'une solution  
    Conclusion -» 5 : Formuler une hypothèse ou un objectif  

  • Une hypothèse est une affirmation qui répond provisoirement à une question de recherche, c'est « ce que l'on croit savoir ».
  • On dit provisoire car le but d'une recherche est justement de vérifier si cette affirmation est vraie (ou fausse).
  • L'hypothèse de votre problématique répond donc à la question que vous vous êtes posée dans le paragraphe précédent de la formulation du problème.
  • Voici un exemple d'hypothèse :

     
 d'une hypothèse  
 


Faire des Netquiz (X) améliore les résultats scolaires (Y) des étudiant-es qui fréquentent le cégep (Z).


  • Dans cet exemple, on affirme donc que pour une population Z, faire des Netquiz (X1) améliore davantage les résultats scolaires (Y) que de ne pas faire de Netquiz (X2 qui est implicite dans le texte).
  • En clair, on affirme que X influence Y, et que X1> X2.
  • Pour formuler une hypothèse, le chercheur doit s'appuyer sur :
    • une recherche empirique qui supporte son affirmation (= faits scientifiques).
    • ou sur une théorie scientifique qui va dans le sens de son hypothèse.
     
Exemple  d'une recherche empirique  
 


Par ailleurs, de nombreuses études indiquent que la répétition augmente la rétention d'information chez les élèves de niveau secondaire (Kinner, 1988). En effet, les résultats de la recherche de Sinner (1979) montre que...

Exemple  d'une théorie  
 


On sait que la plupart des théories de l'apprentissage s'accordent à dire que la répétition est un facteur déterminant de l'apprentissage (Sinner, 1985). Ces théories soutiennent que si...


  • Idéalement, ces deux conditions - faits et théorie - doivent être réunies (= hypothèse forte).
  • Cependant, toute hypothèse qui satisfait à l'une ou l'autre de ces conditions (= hypothèse faible) sera considérée comme pertinente ou logiquement valable.
  • Dans tous les cas, vous devez présenter vos arguments dans la formulation du problème.

Une hypothèse est une affirmation, logiquement déduite de ce que l'on sait, qui répond provisoirement à une question de recherche.

 
  • Si vous n'êtes pas en mesure de formuler une hypothèse, il faut énoncer un objectif.
  • L'objectif est un énoncé plus général que l'hypothèse, qui vise simplement à montrer l'existence d'une relation entre deux phénomènes ( X et Y) ou à comparer les niveaux de la variable indépendante X1et X2.
  • Voici un exemple :

         
     d'un objectif  
     


    L'objectif de cette recherche consiste à vérifier l'effet des Netquiz (X) sur les résultats scolaires (Y) des étudiant-e-s du niveau collégial (Z).


  • Dans cet exemple, on avance qu'il existe une relation entre X et Y, mais on n'est pas mesure d'affirmer si X1> X2 ou que X1< X2.
  • Donc, contrairement à l'hypothèse, l'objectif ne prédit pas le sens ou la direction de la relation (< ou >), seulement son existence.
  • Toutefois, comme l'hypothèse, l'objectif doit reposer sur des faits ou des théories qui permettent de supposer qu'il existe bel et bien un lien entre les deux phénomènes à l'étude (les variables X et Y).

         
    Exemples
     d'hypothèses mal formulées  
     



    Faire des Netquiz améliore-t-il les résultats scolaires des étudiant-e-s qui fréquentent le cégep? (hypothèse = affirmation)

    Faire des Netquiz améliore ou diminue les résultats scolaires des étudiant-e-s qui fréquentent le cégep.(Double hypothèse)

    Faire des Netquiz améliore les étudiant-e-s qui fréquentent le cégep. (Hypothèse floue ; améliore quoi?)

    Faire des Netquiz améliore les résultats scolaires. (Hypothèse imprécise : quelle population? Cet aspect de l'objectif doit être précisé à l'étape 2, donc figurer dans le rapport final)

     

    Exemples
     d'objectifs imprécis  
     


    L'objectif de cette recherche consiste à vérifier s'il est possible d'augmenter les résultats scolaires. (= question indirecte)

    L'objectif de cette recherche consiste à vérifier l'effet des Netquiz sur les étudiant-e-s du niveau collégial. (= question floue : effet sur quoi ?)

    Faire des Netquiz améliore-t-il les résultats scolaires des étudiant-e-squi fréquentent le cégep? (= question)

    L'objectif de cette recherche consiste à vérifier l'effet des Netquiz sur les résultats scolaires des étudiant-e-s. (Objectif imprécis : quelle population ? Cet aspect de l'objectif doit être précisé à l'étape 2, donc figurer dans le rapport final)

     


  • Attention : S'il faut choisir, il est toujours préférable de formuler une hypothèse car cette dernière est plus précise et féconde que l'objectif.


    Un objectif est un énoncé qui vise à montrer la relation entre deux phénomènes ( X et Y)

     

     

  • + de détails sur la différence entre hypothèse et objectif.
  • Voir un exemple de conclusion.
  • Tout est clair ? Alors passez à l'étape suivante, la préparation de votre oral.
  • Sinon, recommencez...


 
 
1.11 PRÉSENTER ORALEMENT VOTRE PROBLÈME
 
 
1.12 PRÉSENTER VOTRE PROBLÈME PAR ÉCRIT : RAPPORT I
  • Attention : Remise du rapport I = 12e cours.
  • + de détails sur ce premier rapport ? Règles de présentation et d'impressions ?
  • Fin de l'étape 1 : passez à étape 2.




    Attention !

    • La rédaction de votre problématique doit respecter un certaines règles bien précises.
    • À ce sujet, voir Critères de correction et Règles de rédaction/impression.







Citer vos sources Exemple/problématique Calendrier Où suis-je?
Style scientifique Fameux paragraphe Étape suivante
Pl@nète Psy/IPMSH/Claude Gouletlienaveclesite

Étape 1

Haut
Voir
Référence
Consigne
Rapport1
Bas