Cours 6
INFÉRENCE EN SCIENCE page 31
Inférer consiste à imaginer ce qu'on ne voit pas

 

 

L'inférence : définition + exemple

  • Qu'est-ce qu'une inférence ?
  • D'abord il faut dire que l'on fait, vous et moi, des inférences tous les jours, sans trop s'en rendre compte.
  • Toutes les formes d'inférence ne sont donc pas scientifiques.
  • On infère ce que l'on ne peut pas voir.
  • Dans le langage courant, on utilise plutôt les mots supposition ou hypothèse.
  • Les suppositions servent à expliquer les phénomènes qui nous entourent.
  • Illustrons ce qu'est une inférence au moyen d'un exemple tiré du quotidien :
    • Vous vous réveillez au beau milieu de la nuit; il y a du bruit dans la salle de bain ?
    • Oui, qui fait ce bruit ? Même si vous avez une forte envie de vous rendormir, votre cerveau s'interroge : que se passe-t-il ?
    • Pour répondre à cette question, vous pourriez vous lever et vérifier la nature de ce bruit.
    • En science, cette démarche équivaut à observer le phénomène qui nous intéresse.
    • Mais dans la vie quotidienne, il n'est pas toujours possible d'observer un phénomènes.
    • C'est à ce moment précis qu'entre en scène l'inférence.
    • Vous devez imaginer une réponse à votre question, sans vous lever : qui est dans la salle de bain ?
    • Comment faire ?
    • Heureusement votre imagination ne travaille pas à vide; elle utilise les informations disponibles.
    • Quel est ce bruit ? On dirait bien la toilette... C'est une première supposition.
    • Alors qui est susceptible de se lever au coeur de la nuit pour vider sa vessie ? (Ça rime)
    • Réponse : la personne qui partage votre lit... Voici une nouvelle supposition.
    • Alors, dans le noir vous tâtez les draps pour «vérifier votre inférence».
    • Si la place est vide, vous concluez qu'il n'y a de quoi s'en faire et vous vous rendormez; sinon, vous commencez à paniquer...
  • Dans cet exemple, l'inférence consiste à imaginer :
    • que la personne qui partage votre lit s'est levée sans que vous vous en rendiez compte.
    • que cette personne est actuellement au toilette, ce qui explique le bruit que vous entendez.
  • Attention, c'est une inférence car vous n'avez pas vu cette personne se lever ni utiliser la salle de bain.
  • Néanmoins, cette explication semble plausible, suffisamment pour chasser... de votre cerveau toute autre scénario.
  • Pourquoi est-ce plausible ? Parce que vous vous fondez sur des informations qui sont à vos yeux valables: bruit dans la toilette + place vide dans votre lit.
  • On pourrait également ajouter que vous savez que la personne qui partage votre lit a une petite vessie et que, par ailleurs, les deux portes de votre maison sont verrouillées à double tour (donc ça ne peut être un intrus/raisonnement par exclusion).
  • Votre cerveau raisonne donc de la manière suivante : s'il s'agit de la toilette, et que la personne qui partage mon lit est absence, on peut attribuer ce bruit à cette personne (elle s'est donc levée sans que vous vous en rendiez compte).
  • L'inférence est donc une conclusion que vous tirez à partir d'une supposition, deux dans cet exemple, comme suit :

 

Le bruit de la salle de bain est un bruit de toilette

La personne qui partage mon lit est absente

 

Ce bruit de toilette = personne qui partage mon lit

 
 

 

  • Pourtant, vous avez peut-être tort !
  • Une inférence, même fortement plausible, n'est pas nécessairement vraie.
  • En effet, il se peut que la personne qui partage votre lit soit tout simplement tombée du lit en changeant de position, elle qu'elle soit tranquillement en train de dormir au sol.
  • Alors, si tel est le cas, qui est dans votre salle de bain ? Je vous le demande...

 

L'inférence en science : Le rôle des arguments

  • En science, l'inférence joue un peu le même rôle que dans la vie quotidienne.
  • Elle sert à expliquer des phénomènes (de nature psychologique, si vous êtes en psychologie) que l'on ne peut observer entièrement et directement.
  • Dans une recherche, Y est le phénomène que l'on cherche à expliquer.
  • Et pour expliquer un phénomène, il faut, comme nous l'avons vu, un raisonnement.
  • Seulement, en science, ce raisonnement repose sur des arguments (en non sur de simples suppositions/intuitions).
  • Dans votre problématique, ces arguments sont la fondation sur laquelle sera construit tout votre raisonnement.
  • Si cette fondation est faible, votre raisonnement ne sera pas convainquant.
  • Cette fondation est composée de deux type d'arguments: il peut s'agir de résultats d'une recherche (= faits) ou d'une théorie qui a fait ses preuves.
  • Voici un exemple :

 

       
    Exemple  
     

     

    Un chercheur étudie les comportements de mutilation chez les enfants. Il sait que la théorie du conditionnement opérant postule que si l'on punit un comportement, la fréquence de ce comportement diminuera (= argument théorique). Il sait également que des recherches effectuées avec des rats ont montré que des décharges électriques de faible intensité avait pour effet de diminuer la fréquence de certains comportements (-argument empirique). En conséquence, il est pertinent de se demander si de l'eau froide vaporisée sur la tempe des enfants (=punition) pourrait diminuer la fréquence de leurs comportements.

     

 

  • Ici le raisonnement du chercheur repose sur une théorie que la communauté scientifique considère comme vraie ou partiellement vraie.
  • Le raisonnement du chercheur s'appuie également sur des faits obtenus lors d'une ou plusieurs recherches scientifiques.
  • L'inférence qui découle de ce raisonnement consiste donc à prédire ce qui se passera avant de l'observer.
  • En clair, une inférence a toujours un r de certitude plus élevé qu'une supposition ou une simple intuition.

Par définition, si l'on punit un comportement, la fréquence de ce comportement diminuera.

+

Avec les rats, des décharges de faible intensité (punition) diminue la fréquence de certains comportements.

 
L'eau froide vaporisée sur la tempe des enfants (= punition) diminue la fréquence de leurs comportements.
 

Les résultats de la recherche montre que l'eau froide vaporisée sur la tempe des enfants diminue effectivement la fréquence des comportements d'automutilation. Alors cette hypothèse est vraie.

  • Grâce à ces deux arguments, l'inférence permet donc d'expliquer la relation de causalité entre X et Y.
  • Inférence = ----->

 

 

 

Les caractéristiques d'une inférence en science

  • Rappelons que l'on fait des inférences parce que l'on ne peut pas observer un phénomène.
  • Sinon, il est préférable d'observer la réalité.
  • Le degré de certitude que l'on tire de l'observation des faits est toujours plus élevé que l'inférence.
  • L'observation a toujours une plus grande valeur de vérité que l'inférence.

 

 

  • Une inférence sert à imaginer ce qu'on ne voit pas, ce qui est inobservé ou inobservable.
  • Une inférence est une «invention» de notre cerveau, que l'on tient pour vraie.
  • En science, une inférence repose logiquement sur des arguments.
  • Quelle soit ou non logique, une inférence n'est pas nécessairement vraie.
  • En science, il faut vérifier les inférences/hypothèses en les confrontant aux faits.
  • C'es ce que l'on appelle - comme le savez - la méthode empirique.

 

 

 

Une inférence est une intuition, une supposition ou un argument qui permet d'appréhender ou d'imaginer ce que l'on ne peut pas voir et qui nous permet ainsi d'expliquer le monde qui nous entoure (les phénomènes).

Le degré de certitude d'une proposition est la probabilité que ce que j'affirme corresponde à la réalité.

Un argument est une inférence (ou un élément de cette inférence) qui repose sur des fait ou une théorie (ou les deux, dans le meilleur des mondes).

Une observation est un fait qui confirme ou infirme une inférence.

SI/DONC/ALORS est la forme logique d'une inférence scientifique que l'on appelle aussi raisonnements.

 

 

 
 

 

 

     

       
 
Continuez à lire...
Formulation du problème Consignes précédentes Où suis-je?
Principe de l'entonnoir Consignes suivantes Style scientifique
31
Pl@nète Psy/DISH/Claude Goulet lienaveclesite